Histoire intéressante: captivez les autres

par | Efficacité personnelle

Une histoire intéressante ?

Cette situation vous est déjà probablement arrivée:

Vous commencez à raconter une histoire à un groupe de personnes et peu à peu vous vous rendez compte que l’histoire n’accroche pas, les personnes s’ennuient et vous n’arrivez parfois même pas à finir jusqu’au bout.

 

Vos premiers mots qui vont attirer les personnes dans votre histoire

 

En réalité une histoire intéressante qui va capter l’attention du groupe ou de la personne en face de vous doit commencer sur les chapeaux de roue.

La première phrase que vous allez utiliser est cruciale:

Comparez ces deux phrases:

Il m’est arrivé un truc hier soir…
Je eu la honte de ma vie hier soir, alors que j’étais au en train de faire mes courses plusieurs personnes se sont retournées vers moi…

Vous voyez la différence ?

La première phrase est assez générique et ne donne pas assez d’éléments pour donner envie d’en savoir plus. La deuxième phrase en revanche donne de l’appétit et crée une boucle dans l’esprit de votre interlocuteur (“pourquoi a t-il eu la honte de sa vie?”)

Votre objectif est donc de créer une amorce de phrase  avec le maximum de détails afin de créer intérêt et curiosité.

 

Histoire monotone = somnifère pour les autres

 

Ensuite votre histoire ne doit absolument pas être monotone. Pour ce faire vous devez jouer sur des variations: changer le volume, la rapidité de votre voix, passer d’une voix grave ou aiguë. Vivez votre histoire en vous mettant à la place des personnages(mimez leurs sentiments: tristesse, joie, colère,..)

Les personnes vous écouteront plus si vous appliquez ces conseils car votre histoire deviendra automatiquement plus divertissante.

Pour améliorer dès aujourd’hui vos histoires et votre voix vous pouvez utilisez votre smartphone afin de vous enregistrer.

Commencez à lire une page d’un livre sans faire aucun effort et ensuite lisez une seconde fois la même page mais cette fois-ci en appliquant tous les conseils vus précédemment.

 

Parler “émotionnellement”

 

L’idée est d’amplifier les émotions que vous ressentez lorsque vous racontez l’histoire. Par exemple si vous ressentez de l’émerveillement ne vous censurez pas mais au contraire laissez transparaître par votre voix les expressions du visage, le langage corporel et vos émotions.

Pensez aux acteurs américains qui ont toujours cette tendance à s’exprimer beaucoup plus émotionnellement (verbal et non verbal).

Bien sûr, le but de votre histoire est que les personnes se sentent bien en face de vous(et c’est sans doute la raison pour laquelle vous lisez cet article).
Par conséquent lorsque vous exprimez des émotions comme la colère, la tristesse et généralement des émotions négatives faites en sortent que vous restiez au second degré. L’idée n’est pas de rendre les gens tristes ou en colère mais leur faire vivre une histoire intéressante.

Si on prend l’exemple d’une anecdote personnelle le but à atteindre est de créer de l’empathie à votre égard. Les personnes doivent se dire au fond d’eux: “Ah oui je ressens ce qu’il a pu vivre”.

Le plus simple étant de manifester des émotions positives. Une bonne technique à utiliser est l’autodérision. Certains spécialistes ont même souligner les vertus thérapeutiques que pouvaient apporter l’autodérision.

En conclusion démarrez votre histoire avec intensité et détails puis utilisez votre langage corporel et vos émotions afin de captiver complément votre interlocuteur.